Agence 79C

Very Bad Stories

Certaines marques sont prêtes à tout pour faire parler d’elles, allant jusqu’à jouer avec les limites et parfois jusqu’à les dépasser. Si le buzz est synonyme d’un storytelling réussi, il peut facilement devenir un bad buzz.

Nous vous avons fait une sélection de ces pires storytellings qui ont créé la polémique. On notera qu’un bad buzz, contrôler ou non, reste un buzz… mais à quel prix ?

 

Renault

Pour sa nouvelle gamme de Twingo, Renault a décidé de cibler les femmes dans une campagne nommée « Désolée de m’être garée là » : constituée de trois spots et de diverses cartes d’excuses, à glisser sous les essuie-glaces, au ton certes léger mais résolument provocateur pour la femme en voiture. Qualifiés de sexiste, les trois spots ont été retirés quelques heures après leur mise en ligne. Un storytelling pas si mauvais pour un bad buzz sans doute prémédité et réussi.


 

 

Perrier

Pour sa nouvelle cannette, plus longue que l’ancienne, Perrier a lancé une campagne baptisée « Une nouvelle forme de plaisir ». Le spot vidéo ainsi que les affiches sont lourds de sous-entendus et d’allusions. La campagne a été aussitôt très critiquée sur les réseaux sociaux.

 

Stabilo

Stabilo a décidé de lancer un nouveau surligneur spécial pour les femmes, avec pour slogan « Enfin un BOSS pour nous, les Femmes ». Les clichés féminins évoqués dans le communiqué ont choqué les internautes qui se sont empressés de répondre avec ironie.




 

GiFi

À l’occasion de ses 35 ans, GiFi a mis en place le jeu Bravoloto accompagné de deux spots de pub, diffusés sur les réseaux sociaux. Des publicités graveleuses où l’on croit voir un couple s’adonnant à des pratiques coquines, avant de comprendre qu’ils jouent en fait au jeu Bravoloto. La réponse des internautes ne s’est pas fait attendre… Certains s’en sont même pris au slogan de l’enseigne « GiFi des idées de génie ».

Victoria’s Secret

Pour sa collection de soutiens-gorge nommée « Body », Victoria’s Secret a lancé une campagne qui a été plus que polémique : la signature « The perfect Body » associée à des visuels de femmes aux formes parfaites. Les consommateurs et les internautes ont tout de suite crié au scandale quant à la représentation de la beauté et au danger que peut véhiculer un tel message. Une contre campagne s’est alors créée avec le hashtag #Iamperfect et une pétition.


 

Cuisinella

Cuisinella imagina un spot au scénario douteux. Baptisée « ça sent le sapin », ce storytelling fût très critiqué sur la toile. La marque décida alors de retirer la vidéo suite au très mauvais accueil de cette dernière, mais le bad buzz était déjà lancé.

Share by