Agence 79C

Le retail storytelling

Le retail a encore de beaux jours devant lui. D’après Kantar WorldPanel, à peine 40% de la population aiment faire des achats en ligne et seulement 54% pour les millennials, malgré leur affinité avec le digital.

Aujourd’hui, les consommateurs ne souhaitent pas seulement acheter un produit – chose qu’ils peuvent faire de chez eux –, ils souhaitent vivre des expériences. 78% des millennials préfèrent dépenser de l’argent pour des expériences que pour des produits, d’après une étude menée par Harris Research International.

Il est donc primordial d’offrir en magasin une expérience unique, narrative et sensorielle : un storytelling dans le retail.

Proposer d’incroyables services

Les points de vente de demain sont des lieux de vie, ouverts et flexibles, pensés pour tous : des lieux de communauté et non plus des simples lieux de vente. Le shopping doit valoriser l’expérience immatérielle davantage que le produit.

IKEA

Dans son pop-up café, IKEA sert littéralement le « breakfast » au lit.

Pirch

Le revendeur américain Pirch a fait de ses magasins de véritables laboratoires expérimentaux qui permettent aux visiteurs d’essayer les produits avant de les acheter : douches, cuisines, aromathérapie… tout est fonctionnel. Pas étonnant qu’une visite moyenne dure deux heures. Ici encore, l’importance est donnée au client, à ses volontés, ses aspirations et son envie de jouer, tester, expérimenter.

Être omnicanal

Le consommateur passe de plus en plus d’internet au retail (web-to-store) et inversement (store-to-web) avant de finaliser son achat. En 2020, un achat sur deux dans le retail sera influencé par le web. Il faut donc adopter une stratégie omnicanal, ce qui donne encore plus de valeur à l’expérience client et son parcours d’achat – entre digital et retail.

Amazon

Amazon a bien compris l’opportunité qu’offre le web dans le retail, puisque ces magasins ont un merchandising dynamique poussant les produits les plus achetés en ligne. Face à son succès, Amazon prévoit une incursion massive dans le monde physique, avec 2 000 ouvertures de magasins prévus dans les prochaines années en Amérique du Nord.

Sézane

La marque française de mode Sézane a ouvert son premier magasin physique « L’appartement » : une cliente peut sélectionner les pièces qu’elle désire, les essayer, mais finalise sa commande sur un iPad. Elle est ensuite livrée rapidement chez elle. Ce retail, qu’on pourrait qualifier d’ « ultimate showrooming » présente bien entendu de multiples intérêts : moins d’espace de stockage nécessaire, un recentrage du rôle du vendeur vers le conseil et un risque de rupture limité.

Apporter du virtuel

D’après l’étude Context 2016, 68% des personnes considèrent qu’une opportunité de démonstration du produit est un facteur déterminant dans la décision du canal d’achat. Mettre le virtuel au service du réel pour vivre l’achat, ressentir l’achat : c’est l’objectif des applications de réalité augmentée ou virtuelle dans le retail. Pour en savoir plus sur ce sujet, vous pouvez consulter notre article sur la réalité virtuelle.

IKEA

IKEA « Kitchen VR Experience » offre la possibilité aux utilisateurs de créer leur cuisine idéale. Mais surtout de s’y déplacer et d’interagir avec le décor. Le consommateur peut ainsi explorer trois styles de cuisine différents.

 

Diesel

Pour le lancement de sa nouvelle boutique à Londres, Diesel propose un voyage immersif dans sa campagne de communication « Fur me, Fur you ». Un contenu diffusé via des casques de réalité virtuelle montre le monde Furland : les clients montent sur le dos d’un personnage poilu et voyagent à travers les nuages et les arbres. Pour renforcer le sentiment d’immersion et jouer sur les cinq sens, la marque a également créé l’environnement physique avec des sièges animés et poilus, des gilets dynamiques en interaction avec la vidéo et des souffleries mélangées à l’odeur de bonbon pour ressentir les rafales de vent.

Provoquer de l’émotion

L’émotion comme levier d’achat, nous l’avons déjà abordé dans notre article spécialement dédié à l’émotion. Les marques utilisent désormais l’humeur et l’émotion de leurs clients comme leviers d’achat, en boutique comme en ligne.

eBay

eBay a lancé le premier magasin à moteur émotionnel au monde, qui suggère les cadeaux que vous devriez acheter en fonction de votre réaction du visage aux images en ligne. Ce pop-up store vise à faire face au stress pour l’achat de cadeaux de Noël : en utilisant la technologie bio-analytique intelligente et le codage facial, les clients découvriront les éléments auxquels ils se connectent émotionnellement. eBay espère éliminer les contraintes du monde extérieur dans un environnement commercial de la prochaine génération.

 

Uniqlo

L’analyse de l’émotion peut se faire via une application mobile ou un casque chargé de capter l’activité cérébrale de l’utilisateur comme avec l’initiative « UMood » d’Uniqlo, lancée en Australie en octobre 2015. À l’issue de cette analyse, des produits différents sont attribués aux clients, selon qu’ils sont énervés, vulnérables ou joyeux.

 

De la personnalisation

L’innovation technologique en magasin permet de mettre en place un ensemble de services « nice-to-have » en support du parcours client, sans pour autant se substituer au rôle du vendeur. Le but est d’offrir au client une découverte unique, ludique et sur-mesure de l’offre : 72% des consommateurs considèrent que les offres et les avantages personnalisés proposés par les marques jouent un rôle important, d’après une étude mené par Epson Europe. « Les enseignes qui sauront proposer des offres personnalisées répondant aux attentes auront un avantage compétitif conséquent » Adrian Clark, directeur business system pour Epson Europe. Ainsi, deux tiers des consommateurs disent accepter que les enseignes enregistrent leur comportement d’achat afin de personnaliser les communications et les offres. En revanche, 67% d’entre eux affirment qu’ils préféreraient que les enseignes conçoivent leurs offres sur les avis qu’ils donnent plutôt que sur les comportements d’achat passés.

Nose

Le concept-store Nose à Paris, spécialisé dans la parfumerie, propose à ses clients de mieux choisir leur fragrance. Ces derniers sont invités à créer leur « profil olfactif » à l’aide d’un algorithme à plusieurs étapes. Sans nécessité de visite en magasin, plusieurs propositions de parfums leur sont alors faites, en fonction des données renseignées par leurs soins.

Utiliser le storytelling

Le storytelling est le moyen d’appliquer tout ce qu’il a été dit plus haut : les histoires donnent envie d’acheter, elles créent de la cohérence entre les différents canaux, elles sont personnalisables, elles apportent de l’imaginaire dans le réel, elles créent de l’émotion et elles peuvent être fédératrices. De plus, selon l’étude menée par nos soins, 26% des acheteurs pensent que le magasin physique et l’affichage des vitrines sont les meilleures façons de raconter des histoires.

STORY NYC

Tout comme un magazine, STORY change son thème de commercialisation, et donc ses produits, tous les deux mois. Chaque thème ou histoire devient la base du magasin pour cette période de temps, avec des produits, des affichages et des événements synchronisés pour créer une expérience cohérente.

 

 

 

Merci

Le concept-store Merci a pour mascotte une Fiat 500, habillée avec beaucoup de choses sur le dessus. La tenue de la mascotte change en fonction de la saison, du thème et de la narration.